Ambiance du jour

Ambiance du jour
Charme et séduction d'un Bourbon...clic sur image pour le découvrir...

accueil

jeudi 30 septembre 2010

Phyllostachys "Auréa"


Pour rendre le jardin plus intime, j'ai choisi pour  l'entourage de créer un rideau de verdure
 composé d'arbustes à feuillage caducs en mélange avec des conifères
et des
"Phyllostachys Auréa".


Dans cet espace, le feuillage persistant de ce bambou originaire de Chine et du japon 
protège le jardin du vent du Nord.
Son port est raide et compact.
Les chaumes cannelés débutent vert-vif, puis virent au jaune brun à maturité.
Les feuilles de 10 à 15cm de long sont étroites
vert-jaunâtre.
Sa hauteur est maintenue à 3M de hauteur par une taille
d'équilibre annuelle..
Il peut atteindre jusqu'à 8M de haut.
Je n'ai pas installé de" barrières anti-rhizome "car "Auréa"
est peu traçant.
Au bout de cinq ans de plantation , je n'ai jamais trouvé aucun
rhizome au milieu des plantations,
mais je surveille......


Entre le bambou et le conifère la floraison de l'hydrangéa
paniculata "Phantom" rehausse le massif de
sa longue floraison.


"Phantom" dans sa parure d'automne.


Pour rompre la monotonie de la  haie , à cet endroit
elle n'est pas linéaire.
Le bambou est décroché du pin noir d'Autriche.
Sous le soleil une grande partie de la journée les feuilles
étroites et lancéolées arborent une jolie
teinte vet-jaune.
Pour gérer le volume de la plante ,je supprime
quelques tiges qui me servent
de tuteurs.



Chaque bambou est installé dans un sol profond et riche.
La base  est recouverte en été par des coques de cacao pour
conserver de la fraîcheur
Dans ce cas, le mur végétal se compose  d'un bambou et d'un arbuste à
feuillage persistant qui fleuri en juin. le

"Ceanothe "Skylark'



Un peu plus loin,  le bambou est encadré d'un côté, par le feuillage
 vert foncé et brillant du Laurier Palme, et d'un arbuste
à feuillage caduc qui fleurit au mois de mai.

Viburnum opulus "Roseum"


Une photo du mois de mai du bambou avec le viburnum
permet de voir que le feuillage du phyllostachys
n'avait pas complètement  refait son feuillage,
endommagé par le froid rigoureux .
A - 12° les feuilles grillent.
Pas de dommage pour la plante, des le printemps les feuilles
réapparaissent et l'arbuste retrouve sa
belle parure.



lundi 27 septembre 2010

Dahlia "Emory Paul"


A  réception du cadeau du dahlia "Emory Paul" je n'imaginais
pas l'évolution de ce "décoratif" spectaculaire
aux fleurs énormes, sur des tiges de 1.50m
de hauteur , robustes et solides.


Une fleur double, aplatie, énorme, de 30cm de diamètre,
à ligules larges, d'un beau rose pourpré,
avec des reflets argentés.


Dés le mois de mars, je démarre la végétation des tubercules dans
des pots remplis de terreau enrichi, sous abri
à température d'une douzaine de degrés.
Ils seront installés  après le 15 du mois de mai en plein soleil
dans un sol riche et frais.
Planté un peu au hasard du à une négligence de son étiquetage
j'ai commencé à découvrir les gros boutons de
ce dahlia tardif , à la mi-août.



Depuis la fin du mois d'août se dressent sur des tiges pourpres,
et un feuillage vert foncé des têtes pouponnées,
colorées et nombreuses.
Cette plante a connu sa période de disgrâce.
Actuellement , avec de l'originalité et de la fantaisie
les hybrideurs lui ont donné un
regain d'intérêt.
Plus résistants aux maladies les dahlias retrouvent une
place dans les jardins.
La palette des coloris s'est enrichie ainsi que la
forme des têtes.




On  trouve sur le marché,  des dahlias "pompons", "cactus",
"décoratifs", " "à fleurs d"anémones".
A la mi-septembre la floraison est à
son maximum.
Ce dahlia tient compagnie à la toisième
floraison du rosier "Jules Verne".


A la fin du mois d'octobre, après les premières gelées, je vais
retirer les tubercules, les nettoyer avec une brosse
pour retirer l'excédent de terre, les étiqueter.
Je les conserve dans un carton au sec à l'abri de
la lumière.
Certains seront dédoublés au mois de février  avant d'être
replantés.
J'ajoute que si ce dahlia n'avait pas été joint en cadeau
à ma commande, de moi même, je ne l'aurai
pas commandé.




Fleurs vieillissantes de l'hydrangéa "Annabelle".



Avec les premières gelées les cléomes vont disparaître.
Le solanum va être rentré à l'abri.
La sauge sera protégée du froid par une
couche de feuilles mortes.




vendredi 24 septembre 2010

Le jardin au cours de la belle saison

                                                               

Lorsque le mois de juin se termine, les rosiers sont toujours en fleurs et les
hydrangéas commencent leur floraison.
Le jardin est à cette époque à son apogée.
Dans cette ambiance, les inflorescences d'un hydrangéa paniculata se mêle aux roses
d'un rosier anglais créant un ensemble romantique.
En bordure, les annuelles installées à la mi-mai sont encore maigrelettes, elles prendront 
leur essor au fil des semaines.


Afin de conserver un intérêt décoratif au jardin pendant l'hiver, j'ai installé quelques
variétés de rhododendrons offrant une floraison magistrale
au mois de mai.


Dans une zone du jardin peu ombragée, en juin, les corolles d'une hémérocalle
vibrent dans un jaune lumineux.


Dans cette allée baignée de soleil une grande partie de la journée, les massifs couverts
de plantes vivaces sont d'une grande générosité en juin.
Les coréopsis n'en finissent pas d’offrir des petites corolles jaune-vif.
Les géraniums vivaces sont toujours fidèles et affichent une floraison 
abondante.
Un plant de Kniphofia étonne avec ses épis bicolores.


Dans un massif très peu ombragé, un hydrangéa paniculata  aux grandes inflorescences blanches
se penchent au dessus des fleurs plates bleu-ciel d'un hydrangéa serrata.


Pour fleurir au mois de juillet, j'ai retenu deux plantes fleurissant simultanément.
Un hydrangéa paniculata et un pied de liatris.
Le liatris est une plante vivace rustique, de culture aisée.
Ses épis dressés lui donnent une allure agréable contrastant fort bien avec les
inflorescences de l'hydrangéa.


Mai, le cytise laburnum est en fleurs.
Chaque année, l'arbuste est chargé d'une floraison magistrale qui dure entre trois 
et quatre semaines


En bordure d'une allée d'un massif ombragé, les branches d'un érable pourpre se penchent 
sur des hostas et des heuchères.
Une fougère étire son beau feuillage.


En mai, une des plus belles pivoines du jardin affiche ses grosses corolles
joufflues, bien pomponnées, bien galbées.
Pour ne pas voir la plante s'effondrer sous une averse, j'ai installé un cerclage 
qui retient les tiges.
Dans la même tonalité que la pivoine, un lupin affiche ses belles hampes fraîches et
coquettes


Pendant la période estivale, les floraisons apprécient le plein soleil.
Les plantes annuelles peaufinent leur croissance, elles sont à présent au
maximum de leur beauté.
Pétunia, agératum, anthémis, toutes ces variétés donnent le meilleur d'elles mêmes.
C'est la bonne époque pour voir les dahlias qui n'ont plus besoin de démonter
qu'ils sont florifères.


Au cours du mois de mai, le bambou sacré enfile un nouveau costume.
Il a troqué son habit rouge pour un ensemble printanier vert clair.
Une giroflée arbustive continue sa prestation à côté d'un rosier blanc qui débute
son fleurissement.



Pour fleurir le jardin pendant les mois d'étés, les plantes annuelles sont indispensables.
Pour ce massif, j'ai retenu deux couleurs, le blanc, le bleu..


Août, c'est le mois des phloxs paniculata.
J'ai accueilli plusieurs variétés, celle que vous découvrez commence à se remarquer.


Au premier plan de cette scène vous découvrez le phlox "Carolina", une plante vivace
docile, débonnaire qui ne fait jamais semblant de fleurir.


Dans cette scène en fleurs au mois d’août, un seul plant de pétunia-surfinia se répand 
allègrement devant un Vitex qui étire ses belles hampes bleues.


Une valériane et un cotinus, un duo simple qui fait toujours son effet lorsque la
valériane est en fleurs.


Juin est le plus beau mois au jardin.
Les rosiers "hybride de moschata" croulent sous les floraisons.
Les arbustes sont couverts de petites corolles bicolores parfois dans une palette de rose 
 tendre ou rose fuchsia éclairé d'un oeil blanc.

 
                           Belle journée à tous.

mercredi 22 septembre 2010

Abélia X grandiflora "Panache"


Il me fallait trouver un arbuste, original et décoratif, pour
marquer l'emplacement le plus attractif
du jardin.
Grâce à son port compact, et sa taille facile en topiaire,
l'abélia grandiflora "Panache", réunissait les
critères de mon choix.


Sa petite fleur blanche est insignifiante,  pour présenter un réel
intérêt.
C'est pour son feuillage persistant, panaché vert et blanc crème
que ce petit arbuste, originaire de Chine
m'a séduit.
En fait "Panache" est la forme naine de l'abélia
grandiflora.
Sa hauteur ne dépasse pas 0.70m, et sa largeur atteint
actuellement 1.20m.


Régulièrement, je taille les pousses les plus vigoureuses
afin d'éviter que l'arbuste se développe d'une
façon anarchique.
Mon but, est de le voir épouser les contours
de la pelouse.
Pour compenser cette perte d'énergie, après chaque
 intervention,  j'arrose l'abélia avec
un engrais complet.


Situé au dessus de l'abélia le rosier "Mozart offre une
nouvelle floraison.

 

Le rosier "Ballerina" offre lui aussi ses derniers
bouquets fleuris.

dimanche 19 septembre 2010

Rosier "Emera"


"Emera", ce rosier offre encore à la mi-septembre une
floraison aussi spectaculaire que celle du
mois de juin.
Un arbuste de 90cm de hauteur, solide et touffu
s'étale sur 120cm de large.
Sa frondaison est ample, brillante, légèrement persistante,
indemne de maladies.



C'est sa couleur, un beau rose indien qui m'attire, et sa fleur
en coupe mi-double lui donne un air très
romantique



Presque inodores, au bout des tiges les fleurs forment
de nombreux bouquets .
Ce rosier crée en 1990 par "Werner" a reçu beaucoup
de récompenses.
Sa  vitalité et son aptitude à fleurir tout l'été sans relâche
lui a permis de se couvrir de médailles.



Installé au dessus d'un muret juste en face d'une des baies
vitrées de la maison, après trois années de plantation
il offre un spectacle attractif.
De nombreux boutons, n'arriveront peut-être pas à
éclore, les nuits deviennent de plus en
plus froide.
Un tout petit 3° la nuit dernière.

Bonne Journée



jeudi 16 septembre 2010

Albizia Julibrissim



Depuis mon enfance j'ai toujours eu la passion pour le semis
des graines d'arbres.
Le jardin de mon père s'agrandissait chaque année de quelques
 marronniers supplémentaires, plusieurs
 chênes, des pêchers, et même
des abricotiers.
A 10 ans je pensais embellir le jardin de mes parents, mon
père n'osait pas avouer que je l'encombrais
avec mes plantations.
C'est à lui, que je dois la découverte du règne végétal,
étant lui même un passionné
de chlorophylle.
Quelques années plus tard... enfin beaucoup d'années, toujours
la même passion, mais j'ai changé
les variétés.
Des conifères, avec des graines de cèdres, des ifs, des pins
et une légumineuse sous la forme de
l'Albizia.


C'est en 2004, qu'un grand albizia dans le sud de la France,
me donna l'idée de recommencer cette expérience.
Après avoir fait tremper les graines dans de l'eau tiède
pendant une nuit j'ai effectué un semis.
J'ai donc réussi un certain nombre de plants satisfaisants,
le les ai repiqué dans des godets et conservés
à l'abri pendant l'hiver.


Après avoir formé un arbre avec un tronc, qui n'était ni
beau, ni droit, je l'ai arraché.
Des  racines sont restées dans le sol et plusieurs tiges sont
apparues pour former une touffe,
assez jolie.
Avec les années j'ai conservé quatre troncs qui s'étaient
formés.
A présent je coupe régulièrement les branches afin d'aérer
la ramure.


Et depuis deux ans , à partir du mois de juillet cet" arbre
 de soie" dont le seuil de rusticité
est de -15° se couvre de pompons soyeux
blanc-rosé formés d'un gros
bouquet d'étamines.


Très belles aussi les grandes feuilles plumeuses, vert pâle
d'une vingtaine de centimètres très fines et
surtout élégantes.
Mon bel acacia de Constantinople profite toute
la journée du plein soleil.
Il n'a profité d' aucun amendement et la terre drainante
du jardin semble lui convenir.



Au mois d'août le rosier "Jubilé du Prince de Monaco"
tenait compagnie à l'albizia.



Un autre albizia, venant de chez un pépiniériste.


Un des cèdres, dont je vous ai parlé, obtenu à
  partir d'un semis personnel.



Un surfinia que je bouture actuellement.
Il est en compagnie du rosier couvre-sol
"Pink Spray"



Le pin que  ma petite fille , a obtenu par semis.
fera l'objet d'une prochaine histoire.


Bonne journée