Ambiance du jour

Ambiance du jour
Une star dans l'univers du géranium...(clic sur image pour la découvrir)

accueil

samedi 30 octobre 2010

Hivernage des solanacées


A la fin de la présentation du brugmansia "Auréa", je vous ai donné
rendez-vous au moment de l'hivernage.
Je  ne prends jamais le risque d'exposer cette plante d'origine
tropicale aux gelées qui peuvent intervenir très
vite dans ma région.
Dans le courant du mois d'octobre, suivant le temps ils
rentrent à l'abri pour tout l'hiver.


Après avoir supprimé la partie aérienne , qui m'a servi  à
faire quelques boutures.
Epoque où je les réussis le mieux.


Le système racinaire est rafraîchi sérieusement.
Cette intervention oblige la plante à fabriquer de nouvelles
racines dans le volume restreint du pot, ce qui
permet une meilleure plantation le
mois de mai suivant.


Un bon arrosage permet le contact entre les racines et
le terreau.
Je l'installe dans le garage isolé, éclairé par des fenêtres.
La température ne descend jamais en dessous
de 10°.
Une fois par mois j'arrose le brugmansia,  sans aucun apport 
 d'engrais pendant la période de repos.
Dés le mois d'avril, si la douceur du temps le permet
la plante sera sortie quelques heures dans
journée .


+++++++++++++++++++++++



Une autre plante solanacée que je rentre toujours à la mi-octobre
le solanum Rantonnetii
J'ai choisi ce moment pour vous parler de ce petit arbre
qui a fait l'objet d 'une de mes expériences
à partir d'une bouture de solanum rantonnetii
bien droite  qui avait pour objectif de...


conduire un solanum rantonnetii en arbre.

Avec un peu de patience, j'ai laissé la tige se développer
jusqu'à 2M de hauteur.
Puis j'ai sectionné  la cime pour obtenir le départ  de
plusieurs branches pour former une
charpente.
Pour concentrer la sève sur le tronc,  pendant la saison
les pousses apparaissant le long de ce
 dernier sont supprimées.
Un tuteurage efficace, solide, pour que l'arbre reste bien droit
est installé.
 Trois branches principales conservées, une belle ramification
s'est opérée pendant le premier été.
A présent le diamètre du tronc mesure 5cm et depuis tous les étés
ce solanum entre dans le massif des
plantes saisonnières.


Au mois d'octobre, cet arbre tropical originaire du Paraguay
et d'Argentine, est retiré du sol pour
être hiverné sous abri.
La ramure est réduite à sa plus simple expression ainsi
que le système racinaire.


L'arbre rempoté, va rejoindre ses amis dans le garage
pour passer un hiver à l'abri.
Sa mise en place dans le massif interviendra au mois de mai,
dans un sol enrichi de fertilisant et de potasse
 organique, dont il est très friand.


Pour vous donner une idée de l'arbre en fleurs, la chaleur de
l'été 2009 a été profitable au solanum.
Par contre la pelouse était complètement grillée.
On  ne peut pas tout avoir!!!!!

mercredi 27 octobre 2010

Lonicéra nitida "Lémon Beauty"


Judicieusement placé prés du nandina pour le contraste le
 lonicera nitida "Lémon beauty "
affiche un feuillage persistant très lumineux.
J'ai installé ce petit arbuste, de 50cm de haut au bout de 4
années de plantation, pour sa robustesse, sa facilité
de culture et son incroyable rusticité
allant jusqu'à -25°


Couvre sol idéal, ce chèvrefeuille arbustif étale ses branches
garnies de feuilles ovales minuscules d'un beau vert
marginé de jaune variant selon
la saison.
Terre acide ou terre calcaire, ombre ou soleil , l'arbuste 
n'est pas difficile, son feuillage de plus en plus doré
avec l'arrivée de l'automne séduit énormément.


Pour rester dans la tonalité du lonicéra, et pour respecter une
légère symétrie dans le massif, j'ai réinstallé le
"Sisyrinchium striatum"
pour la différence des silhouettes.
Si auprès du nandina, le feuillage de la pervenche
Vinca major "Variégata"
 est en contraste, près du lonicéra,  il est en harmonie .


Le massif dans son ensemble s'articule autour de l'expression
verticale d'un conifère bleuté.
J'ai essayé de lui donner un peu plus d'éclat, par la présence
de chaque côté du feuillage argenté et finement
découpé de la plante au curry.
Au centre du massif,une ancolie affiche encore son vert
 très printanier.
Au printemps, je vous montrerai ses éperons au charme suranné,
dans un coloris très doux.

 

Bonne journée

samedi 23 octobre 2010

Nandina domestica "Fire Power"




Avant de rentrer dans son sommeil hivernal, pour le plus grand
plaisir des yeux, le jardin se pare de
mille feux.
Etincelant dans son costume d'apparat, le
Nandina domestica "Fire Power"
affiche ses couleurs d'automne.


Après avoir été rouge feu au printemps, puis vert foncé en été le
feuillage du "Bambou Sacré" offre des couleurs
flamboyantes qui tirent sur
l'orange cuivré.


Au bout de  5 années de plantation, dans un sol drainé, riche en
humus ce petit nain asiatique  atteint sa taille adulte.
60 cm de hauteur pour autant de large.


Son port en boule s'obtient tout naturellement.
Je ne procède à aucune taille, sauf pour enlever des rameaux
desséchés, où pour équilibrer
sa ramure.
Le feuillage persistant, aux tonalités changeantes, constitue
l'attrait magique.
J'ai souvent lu que le seuil de rusticité est de -10°.
Dans le jardin il a résisté à -17° le premier hiver, alors
qu'il n'était qu'un bambin.


La gamme végétale, choisie pour ce massif permet de profiter
d'un décor attractif toute l'année.
L'Hélichrysum italicum "Sérotinum"
au feuillage persistant gris argenté contraste avec les
couleurs flamboyantes du nandina.
Silhouette différente, le sisyrinchium striatum garde pendant
l'hiver un beau feuillage élancé.
En juin, ses  fleurs banc-crème à jaune pâle sont en harmonie
 avec le feuillage persistant de la pervenche
Vinca major "Variégata".



Je  vous retrouve dans un prochain message avec un
arbuste à feuillage doré.

Bonne journée

mardi 19 octobre 2010

Rosier "Sally Holmes"


Installé au jardin en novembre 2009, je ne pensais pas vous présenter le rosier
 "Sally Holmes" cette année.
 Cet arbuste est une petite merveille!!!
  Et devant son abondante floraison depuis le début de la saison, sa vigueur, et son
 incroyable résistance face aux intempéries,
je n'ai pas pu résister. 


Au charme naturel de ses boutons pointus, élégants,
teintés de rose abricoté, s'ouvrent des fleurs
simples, en coupe de 8 cm de
diamètre.


Les étamines dorées sont cerclées de cinq, où six pétales, amples, d'un délicat
 blanc-ivoire ombré de reflets rosés sur les bords.


Disposées en bouquets d'une vingtaine de fleurs, les corolles ne dégagent qu'un 
très léger parfum.
Elles s'accompagnent d'un feuillage abondant, superbe et luisant, résistant
 aux maladies.
L'arbuste qui n'a pas encore fêté sa première année,  a déjà
atteint plus d'un mètre de haut.


Cet hybride moderne, doté d'une belle énergie, obtenu par "Holmes,
en 1976, présente une silhouette dressée, légèrement évasée.
Installé à l'avant du massif, au mois de mars, il sera
taillé à 40cm du sol.


Pour la petite histoire.

*************
En juin 2009, j'ai visité une roseraie, deux jours après des
pluies battantes
Une bonne expérience pour apprécier les rosiers
résistants aux intempéries.
Je vous assure que "Sally Holmes était toujours
aussi majestueux.


vendredi 15 octobre 2010

Eléagnus X ebbingei "Limelight"


Pour donner du volume à cet espace, l'éléagnus X ebbingei
"Limelight",
forme un écrin de verdure.


Son imposant feuillage persistant et touffu joue un rôle
de brise-vent.
Sa présence laisse le jardin structuré en hiver.
L'arbuste présente un port harmonieux.
Sa hauteur culmine à présent à 2M, tant en envergure
qu'en hauteur.
Il prospère en tout sol, sec, même ingrat.


La variété "Limeligt" présente des feuilles élégantes et
raffinées, marginées de jaune et de
vert pâle.
D'allure très discrète, lovées sous le feuillage, des petites
fleurs blanches insignifiantes, dévoilent
actuellement leur odeur agréable.


Pour calmer l'ardeur de l'arbuste , je surveille le phénomène
de réversion du feuillage, qui produit des feuilles
entièrement vertes sur une plante panachée.
Ces rameaux, très vigoureux sont supprimés depuis
la base.


Dans le massif, l'éléagnus sert de toile de fond.
Il abrite un hydrangéa paniculata tardif qui offre encore
ses fleurs toutes blanches.
Quelques rosiers, installés l'automne précédent, se
partagent l'espace.
Deux d'entre eux très florifères, assurent toujours
le décor.



Le  port en dôme de l'arbuste est accentué par une taille,
effectuée ces jours derniers , lui donnant une forme encore
plus arrondie.


Un   rosier , à petites fleurs blanches
sur des branches graciles, retombe en cascade
au dessus de la pelouse.