Ambiance du jour

Ambiance du jour

accueil

mercredi 28 mars 2018

Nouveaux semis, supports nouveaux


Dans le courant du mois de mars, j'ai effectué des semis de plantes annuelles dans
des supports nouveaux.
Si ces supports sont nouveaux pour moi, depuis un certain temps, ils sont
commercialisés.
C'est donc la première fois que j'utilise ces plaques de culture, comportant 60 alvéoles.




Pour obtenir une bonne levée des graines, j'ai préparé un mélange à base de terreau "spécial semis".
Trop fin et trop léger, je n'utilise jamais pur ce substrat.
Pour éviter le compactage, un bon tiers de sable de rivière est rajouté.
Chaque cellule est remplie de ce mélange jusqu'à 3 mm du bord.
Les graines posées dans chaque alvélole sont recouvertes d'une fine couche de terreau tamisé.
Pour tasser la terre dans chaque cellule, j'ai utilisé un bouchon de champagne.
Peu importe le millésime.😋
Pour l'arrosage, les plaques sont mises à tremper de temps en temps, de manière à
ne pas bousculer les graines posées à la surface du sol.


Les semences utilisées appartiennent à des plantes frileuses, fragiles,saisonnières réclamant 
 une attention particulière avant d'intégrer les massifs autour du 10 mai.
Ces espèces sont cultivées sous abri .


A présent, les graines ont levé, les jeunes plantules ont besoin de quelques jours
supplémentaires avant d'être manipulées et installées dans des godets.
Le système racinaire n'est ni robuste ni suffisamment puissant pour tenter
une intervention sans dommage.


Pour que les parterres restent attrayants de juin aux gelées, les plantes 
   annuelles sont indispensables.
Elles contribuent au décor et au charme du jardin pendant cette période de vacances
où nous recevons les amis, la famille.
Les pétunias, les sauges, les bégonias sont toujours très gratifiants en bordure du massif.
J'ai déposé une graine enrobée de pétunia dans chaque alvéole.


La variété de sauge "Rhéa" a fait ses preuves depuis fort longtemps, et chaque été je vante à qui
veut l'entendre sa robustesse et sa longue floraison.
Cette année, je tente une nouvelle espèce, qui sera dévoilée cet été.
Cinq à six graines par alvéole sont déjà bien visibles, deux d'entre elles vont être supprimées
pour permettre aux autres de  s'étoffer plus facilement.


Les tiges rouge- pourpré de l'amarante arborent la couleur de la plante parvenue
à maturité. 
Dans quelques jours, je repiquerai chaque plant individuellement.
Chaque plantule donne une plante de 60 cm de large pour une quarante de centimètres
de haut.
Cette variété apporte du contraste au massif. Chaque été je l'utilise différemment.
Cette année, elle sera utilisée au sein d'un massif  en préparation : rose, blanc, pourpre.



                                                            Ostéospermum et pétunia.

                                                                               

Ces pétunias sont obtenus à partir d'un sachet de graines enrobées, proposées en
mélange de plusieurs coloris.
Dans le semis de l'an dernier, j'avais découvert une palette de couleurs variées, parfois
originales et surprenantes.
Pour cette saison, j'utilise la même variété.
Au cour de l'été, ces plantes sont maintenues dans un port compact.
Parfois, pour les rendre plus trapues, elles sont pincées et rabattues si elles s'affaissent
un peu trop .
Je vous laisse découvrir le charme de l'ostéospermum accompagnant le pétunia.
Facile à vivre, cette beauté Sud Africaine, très florifère manque de rusticité dans
ma région.
Par chance, son bouturage est un jeu d'enfant, saison après saison, cette astéracée
rejoint les massifs.

                                                      Impatience de "Nouvelle Guinée"

Depuis l'an dernier, je ne produis que des impatiences de Nouvelle-Guinée.
Le commerce propose des sachets de semences de bonne qualité.
Je dépose une graine par cellule, révélant  une jeune  plantule au bout d'une quinzaine
de jours.
Cette plante fleurit tout l'été à l'ombre ou à mi-ombre dans un sol léger enrichi de compost.


Je termine par ce semis de cosmos très facile à réussir.
Deux semences sont déposées dans chaque cellule, quelques jours plus tard, je supprime
la moins vigoureuse.


L'été dernier, cette plate bande située devant la terrasse accueillait des plantes annuelles.
Vous découvrez des agératums, des cléomes spinosa "Reine des Cerises", rose carmin, des bégonias
sempervirens, des cosmos et plusieurs variétés de pétunia surfinia.
A l'automne dernier, lors de la réfection de la pelouse, cet espace à été modifié et remodelé.
Dans le courant de l'été, je consacrerai un article à ce parterre.

~~~~~~~~~~
En 2018, les semis effectués en petite quantité sont entreposés dans une pièce tempérée.
Les graines sélectionnées cette année sont surtout des graines enrobées, déposées sur
une pastille de tourbe.
Cette dernière est aussi un support pratique que je vous recommande.
Succès garanti avec de nombreuses graines fragiles.
~~~~~~~~~~
Hélas, je ne vous promets pas les rayons ardents de notre astre lumineux mais je vous souhaite
une belle journée et du soleil dans vos cœurs.
Et ...

Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du
 bonheur.
Pour que la vie soit un conte de fée, il suffit 
simplement d'y croire.

Walt Disney

Et pour égayer ces journées moroses, je vous quitte en chanson....


Bye, bye...
💜💜💜

dimanche 11 mars 2018

Soins des rosiers au printemps



La météo du moment est parfaite pour s'occuper des rosiers qui demandent
au printemps des soins particuliers afin de donner le meilleur 
dans quelques semaines.
Actuellement, je ne les fertilise pas car deux grosses poignées d'or brun ont été enfouies
à l'automne.

Sur cette bordure, les rosiers polyanthas n'ont besoin  que d'une taille.
Au premier plan, sur "Orléans Rose",  j'ai équilibré sa ramure et raccourci quelques
tiges volubiles.


Rosier "OrléansRose" en octobre 2013.


"Mme Arthur Robichon" est un de ces rosiers polyanthas généreux, une valeur sûre.
Je le taille modérément.....


Ce polyantha fleurit de juin à octobre.
La floraison principale coïncide avec celle d'un céanothe.


Du romantisme et du charme pour le polyantha "Mauricette Sistau" que je rabats à
20 cm du sol.


Les fleurs blanches teintées d'un soupçon de rose de "Mauricette" sont d'une grande délicatesse.
A part la taille du moment, ce rosier ne demande aucun soin supplémentaire.


Pas de taille pour les rosiers "Bourbon" et "hybrides remontants".
Pour ces rosiers gourmands de nature, je donne un supplément de nourriture,  de la potasse
organique et du phosphate naturel.

Ce dernier élément renforce le système racinaire, fixe l'azote, optimise la reprise des rosiers,
favorise la formation des boutons et des fleurs.
"Reine des Violettes" profite de cette gratification....


....ainsi que le rosier "Louise Odier" .
Même régime pour tous les arbustes de ces deux familles.
Petit soin supplémentaire du moment. La douceur de ces derniers mois a favorisé le feuillage.
Hors, nous n'avons pas eu cet hiver le froid nécessaire pour éradiquer les
maladies et les pucerons.
J'ai profité d'une belle journée sans vent pour pulvériser tous les rosiers avec de la bouillie
bordelaise non colorée.


Sur les portiques, les rosiers lianes ont été raccourcis à 20 cm au dessus de la
 barre transversale.



Sur les nouveaux rosiers, la butte de terre protégeant le point de greffe a été écartée pour
 en faire une cuvette et retenir plus facilement l'eau d'arrosage.


Chaque année le rosier grimpant Ghislaine de féligonde est taillé sévèrement ....


....une taille qui favorise sa floraison abondante de belle qualité.



L’exubérance du rosier blanc Guirlande d'amour a été conservée, je laisse l'arbuste
s'exprimer à sa guise.
En revanche, les branches situées à l’arrière du rosier "Pierre de Ronsard" sont taillées à
 2 m et les de tiges de l'avant à trois bourgeons au dessus du sol
permettant d'obtenir un rosier fleuri depuis
sa base.


Rosier "Guirlande d'Amour.


Quelques tiges du rosier liane "Seagull" se sont faufilées chez son voisin, un érable.
Elles ont été raccourcies, 


Sur le rosier Marietta Sylva Tarouca, j'ai supprimé les branches basses
 qui couvraient le sol.
Elles empiétaient allègrement sur la flore environnante.


Le rosier Lavender Frienship a été rabattu sévèrement.
Une coupe drastique permet d'obtenir un arbuste trapu et une floraison sublime.


Quant au rosier Rush,  cette année, je ne le taille pas mais je vais devoir
désherber son pied dès que possible (honte a moi).


Rosier "Rush" en 2013

~~~~~~~~~~
Les soins apportés aux rosiers en 2014 sont identiques à ceux prodigués en 2015, 2016,
et même en 2018...
C'est pour moi une bonne occasion de republier ce message afin de vous souhaiter
de vivre dans vos jardins des moments exquis....

La météo de ce dimanche 11 mars 2018 est idéale...et nos rosiers attendent 
des soins.

Bon dimanche....
💜💜💜