Ambiance du jour

Ambiance du jour
Délicieux et très florifère...clic sur image

accueil

vendredi 31 mai 2019

Dans un vase somptueux


La passion pour le lys ne me quitte pas, alors, lorsque je vois une superbe
composition florale abritant cette fleur royale, je suis
sous le charme.



Et au château d'Amboise, le lis, symbole de la pureté et de la royauté offre
aux regards des visiteurs des corolles d'une grande fraîcheur.


Les fleurs de ce bouquet n'étaient pas toutes ouvertes mais j'ai apprécié
la beauté de celles qui arboraient un rouge flamboyant.




Je n'ai pas apprécié que les lis, le contenant aussi.


Avant de vous quitter, je vous souhaite de vivre une journée
sereine.

A bientôt...

Bye, bye ...

mardi 28 mai 2019

Château d'Amboise


Après la visite de Chédigny, cap sur Amboise éloigné de 25 km.
Et dans ce secteur géographique, les joyaux ne manquent pas.
Dans une brume matinale rendant le lieu encore plus mystérieux, nous avons commencé
par la visite des jardins.
Construit sur un éperon situé  au coeur de la ville d'Amboise, le château a été fortifié dès
l'époque gallo-romaine.
A la fin du 15 eme siècle Charles VIII apporte les modifications à découvrir 
aujourd'hui.
Ce roi a le gout du faste !...
Il est formé pour recevoir, aime l'art raffiné, les jolis meubles, les tableaux.
De son expédition en Italie, il a recruté des architectes, ornementalistes, érudits, sculpteurs
et jardiniers, dont le fameux Pacello".


Participation d’architectes Italiens, en 1496, l'influence italienne prend le dessus sur
l'art Français.
A 28 ans, le roi Charles VIII décède, ses successeurs délaisseront le château.


Bâtie en 1493, la Chapelle Saint Hubert est un édifice jouxtant le château.
Elle est dédiée à Saint Hubert, saint patron des chasseurs.
Destinée à l'usage privée des rois, son style est gothique flamboyant.
Décédé le 2 mai 1519 à Amboise, Léonard de Vinci repose dans la chapelle.


Les frises en corniche  sculptées par les maîtres flamands dans le tuffeau calcaire représentent
des formes entrelacées de végétaux et d'animaux.
Sur le linteau au dessus de la porte on remarque la statue de Saint Antoine d'Alexandrie
en ermite et saint Christophe portant l'Enfant-Jésus.



A la renaissance, le roi de France assurant le pouvoir sur le royaume, Amboise devient
 sa résidence.
Cette salle appelée "Salle du conseil" sert aux fastes de la cour royale.


L’intérieur du château, richement meublé est aussi somptueux que
l’extérieur.
Nous nous trouvons dans la "Chambre Orléans".
Les années ont passé et Louis Philippe, le futur roi des Français décore ses intérieurs
dans le gout du moment.
Dans cette chambre, on peut voir du mobilier de style "Louis Philippe".


La chambre d’Orléans.
Mobilier de style "Premier Empire" : lit bateau ou "Récamier.


Louis Philippe, roi des Français, chef de la branche cadette des Bourbons, fils de
Philippe d'Orléans.
Il régna de 1830 à 1848, 18 ans de règne plus connu sous l'appellation de
"monarchie de juillet".


 "Le salon de musique"

Louis Philippe n'a peut-être séjourné qu'une seule fois à Amboise.
Cependant, le château a été aménagé comme lieu de villégiature pour la famille
d’Orléans.
Sur le mur vous voyez le portrait de la reine Marie-Amélie, épouse de
Louis Philippe.
Elle est accompagnée de ses deux fils, le duc d'Aumale et le duc
de Montpensier.
Les bustes sont ceux de la reine et d'Adélaide, sœur du roi.


Buste du roi Louis Philippe et magnifique vase toujours garni de lys.


Portrait d’Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, héritière du château en 1793.


Je vous laisse apprécier en silence la beauté des jardins.





Notre France est belle alors si vous sillonnez nos magnifiques
régions, je vous souhaite de beaux séjours.
Amboise mérite une visite...

A très vite...bye, bye...

dimanche 26 mai 2019

Floraisons de mai ...


Les stars du jardin se préparent, peaufinent leurs rondeurs et s’apprêtent à
éclore très vite.
Deux ou trois jours de patience et hop ! ....
Le festival de la rose, ce sera au jardin de Chêneland. (C'est de l'humour)...

Pour le moment, dans ce site ensoleillé, un weigélia élégant et très florifère offre
une charpente couverte de fleurs rose-pourpré.
Il évolue dans un sol neutre, très perméable, corrigé par un apport de tourbe
et de fumier composté.
A la fin de la floraison, les plus anciens rameaux sont taillés.



Mai, joli mois pour profiter des grands iris des jardins habillés de couleurs
diverses et variés.
Ces plantes somptueuses et délicieuses ne sont pas capricieuses.
Dans le sol drainé, les iris se maintiennent très prolifiques pendant quatre ans
Ensuite, au cours du mois de juillet ou août, je procède à la division des souches
rhizomateuses.



Fleur simple et traditionnelle, le lupin est la plante facile à obtenir
à partir d'un semis.
Celui que je vous propose est un lupin "Gallery" intéressant pour sa taille
modeste.
Haut de 40 cm, il fait beaucoup d'effet à l'avant des massifs.
Ses nombreuses hampes vigoureuses ne s'écroulent pas sous les
averses printanières.



Le lupin n'a pas d'exigence particulière.
En dehors du sol calcaire peu apprécié, il s'adapte dans toutes les régions de notre
hexagone ou au delà de nos frontières.
Il affectionne les sols fertiles et enrichis chaque année, affronte les hivers glacials
et résiste à la sécheresse.
Alors, what else !...



Ces deux buissons, un physocarpus opulifolius "Diabolo" et un cornus sericea
"Flaviramea" évoluent dans un espace hyper ensoleillé.
Feuillage remarquable pourpre pour le physocarpus égayé le mois prochain par des
 petits bouquets
de fleurettes rose tendre très décoratifs dans une
composition florale.
Feuillage panaché de vert et de blanc tout aussi remarquable pour cette variété
de cornus
Le petit plus !...
Actuellement, le feuillage du cornus est surmonté d'une nuée de bouquets blancs
aplatis.
Sous cette ramure se cache une silhouette de tiges jaunes attractives au coeur
de l'hiver.


Autre duo d'un très grand charme évoluant dans un site ombragé.
L’intérêt décoratif de ce massif tient à la luxuriance des feuillages lumineux
pour l'érable, délectable pour le cotinus coggygria "Grace".


 Dans ce massif , le rosier
"Clair matin bénéficie d'un micro climat.
Sa floraison n'est pas encore à son apogée, mais appréciable quand il forme un
 duo avec le lupin.



Conçue à l'anglaise, cette "mixed-border", est décorative
toute l'année.
Elle s'appuie sur une ligne d'arbustes à feuillage persistant donnant un abri aux oiseaux
en hiver.
Fin mars, prunus et forsythia déploient une floraison avant la naissance d'une ramure
pourpre ou verte.
Actuellement, une spirée donne de l'éclat et très vite, les rosiers offriront
de nouvelles couleurs.



Cette fleur habille un calycanthus Hartlage Wine.
Connu sous le nom d'arbre aux anémones, l'arbuste a atteint sa taille adulte, autour
1.50 mètre.





Sur des tiges hautes entre 80 et 90 cm, l'iris des jardins nommé "Earl of Essex"
offre une première floraison actuellement et parfois
une seconde début septembre.



Pas compliqué pour obtenir ce duo très féminin, fruit du hasard.
Quand je réalise un semis de lupin, j'ignore leurs couleurs.
Et n'ayant pas vu les fleurs au moment du repiquage, les nouveaux plants
sont installés au petit bonheur.


Toujours la première !!!

La "première" à fleurir, à s'étendre sans se répandre, offrant des grosses corolles joufflues
 dans un rose vibrant et diffusant le plus subtil des parfums.
La "première" porte le nom d'une dame aux allures fières répondant au nom de
"Mme Isaac Péreire".


Pour ce jour exceptionnel, nous nous quittons en chanson ! ...